Les rythmes d’une culture populaire : les politiques du sensible dans le maracatu-de-baque-solto, Pernambuco, Brésil.

Dublin Core

Titre

Les rythmes d’une culture populaire : les politiques du sensible dans le maracatu-de-baque-solto, Pernambuco, Brésil.

Sujet

Amerique /Anthropologie / Brèsil / Cultures populaires /Esthétique / Maracatú (Brésil) /Thèse de doctorat / Histoire / Carnaval / Cultures afro-americaines

Description

Thèse doctorale en codirection, soutenue le 14/12/2010. Mention Très honorable, avec félicitations à l’unanimité. Résumé: Cette thèse propose une contribution à une anthropologie esthétique dans une perspective interdisciplinaire où l’esthétique est interrogée entre ses compétences socialisante et individuante.Dans une critique constante du langage, elle observe comment les communautés réunies autour d’une esthétique (forme et affect) définissent, s’approprient et se socialisent à travers une pratique spectaculaire de la culture dite populaire.Le maracatu-de-baque-solto est une forme du spectacle vivant de Pernambuco (Brésil) élaborée par des paysans de la canne à sucre. Une fois inséré dans le circuit institutionnel urbain du carnaval, il connut des transformations formelles et symboliques aujourd’hui accélérées par les logiques de l’industrialisation et de la professionnalisation. La première partie analyse la formation de la société pernambucana où la structure des rapports de domination est appréhendée dans une approche socio-esthétique. La seconde déconstruit le système imagético-discursif de la pauvreté résultant des idéologies raciales et politiques dans lesquelles le maracatu s’est constitué. La troisième constitue une ethnographie du spectacle dans ses deux modalités, la fulgurance du carnaval et l’ordinaire de fêtes. Les arts de faire y sont distinctement négociés en fonction des logiques de la spectacularisation et du processus de création. Celles-ci résonnent dans la brincadeira, notion vernaculaire définissant l’ordre populaire du maracatu en tant que spectacle et mode de créer. Dans la société maracatuzeira, elle décline un mode d’être sur le mode du faire s’articulant sur l’exigence d’une contribution personnelle à la collectivité dans les limites de la tradition. Les rythmes, ou manières singulières de fluer, d’une communauté, observés à partir de la production, mise en scène et transmission de formes et normes esthétiques collectivement investies, permettent d’interroger la fabrique d’une culture par-delà le jeu de son institutionnalisation.

Créateur

Garrabé, Laure

Source

http://catalogue.bu.univ-paris8.fr/cgi-bin/koha/opac-detail.pl?biblionumber=309005

Éditeur

Université Paris VIII, Saint Denis, France.

Date

2010.

Contributeur

Laplantine, François; Pradier, Jean-Marie (Directeurs de thèse)

Droits

Laure Garrabé

Format

3 vol. (pagination multiple 824-[244] f.) : ill. en noir et coul. ; 30 cm + 1 CD

Langue

FR

Type

Texte imprimé.

Identifiant

Numéro national de thèse: 2010PA083327.
Cotes à la BU PARIS 8: TH2951/1, TH2951/2, TH2951/3, TH2951/1BIS et TH2951/2BIS (2 exemplaires).

Couverture

Terrain exploré: Pernambuco, Brésil (8° 03′ 14″ S, 34° 52′ 51″ O).
Lieu de soutenance: Université Paris VIII (48°54′00″N 2°29′00″E)

Géolocalisation